Babacar Ndiaye, réélu à la tête de la Fédération sénégalaise de basketball (Fsbb) pour quatre ans, a comme nouveaux challenges la reconquête du titre de l’Afrobasket féminin,  une  bonne participation au championnat du monde masculin, l’expérimentation du basket à 3, la mise  en place d’un championnat professionnel et la relance de la petite catégorie.

Maître Babacar Ndiaye, reconduit à la présidence de la Fédération sénégalaise de basketball (Fsbb) a une panoplie de défis à relever pour les quatre prochaines années de son deuxième et dernier mandat. Le premier objectif de l’avocat est de relever le défi de la participation et de l’organisation de l’Afrobasket féminin 2019 à Dakar (du 9 au 18 août). Au plan organisationnel, les membres de l’instance dirigeante du basket sénégalais devront travailler davantage pour faire mieux que leurs prédécesseurs de 2007. Les Lionnes avaient perdu à l’époque le trophée continental en finale, chez elles, contre les Maliennes, au stadium Marius Ndiaye.

Pour 2019, cette compétition réservée aux femmes se joue au complexe sportif Dakar-Arena de Diamniadio. Cette fois-ci, Astou Traoré et ses coéquipières ambitionnent de reconquérir le trophée qu’elles ont perdu (48-65) devant le Nigeria en 2017, au Mali. Le cas échéant, l’équipe nationale féminine de basket du Sénégal décrochera son deuxième trophée sous le règne de Me Babacar Ndiaye, après son sacre de 2015 à Yaoundé (Cameroun).

Après l’Afrobasket féminin, le président réélu engagera sa première Coupe du monde masculine prévue du 31 août au 15 septembre 2019, en Chine, où il essaiera au moins d’égaler son prédécesseur Serigne Mboup, Président du Comité de normalisation du basket (de 2013 à 2015). L’équipe nationale masculine avait atteint le deuxième tour avant d’être éliminée (89-56) en huitièmes de finale par le pays organisateur, l’Espagne.

En dehors de ces deux défis à relever dans l’immédiat, Me Ndiaye en a d’autres à concrétiser dans le long terme. Le président du Dakar université club a, après sa réélection samedi dernier, décliné ses ambitions pour développer le basket sénégalais. Il a promis de relever les compétitions locales. ‘’Le plus grand projet sur le plan interne, c’est d’avoir un championnat élite de 2e division, avec deux  conférences de huit équipes chacune. Les tournois de zones seront  laissés aux ligues. On essaiera d’avoir également d’ici quatre ans un championnat professionnel ou semi-professionnel de 6 à 8 équipes qui remplissent les conditions’’, a-t-il déclaré devant la presse.

L’avocat d’affaires s’est également engagé à expérimenter le Basket  à 3 avant la fin de son second mandat. D’après lui, la mise en œuvre de cette discipline est fondamentale, puisque permettant au Sénégal de mieux préparer les Jeux olympiques de la jeunesse (JOj – Dakar-2022).

M. Ndiaye et son équipe auront aussi la lourde tâche de relancer le basket chez la petite catégorie. La Fédération sénégalaise de football a ressuscité la sélection masculine des moins de 18 ans qui a disputé l’Afrobasket de sa catégorie en 2018, au Mali. La formation  managée par Madiène Fall a même joué la finale perdu face aux Maliens. Cette performance a permis à coach Fall et ses poulains de décrocher une qualification au prochain Mondial U19 en Grèce (du  29 juin au 7 juillet 2019).

Mais Babacar Ndiaye et ses collaborateurs doivent redynamiser l’équipe nationale féminine des moins de 18 ans. Cette sélection est en léthargie depuis 2013, après une suspension infligée au Sénégal la même année par la Fédération internationale de basket (Fiba). Cette sanction était causée par une fraude sur l’âge de certaines joueuses, après leur sacre de 2012 à Dakar.

Source : Enquête Plus

.

About Author